Le champ politique de la controverse regroupe non seulement des instances d’Etat (ministères ou leurs réminiscences), actifs pour la promotion de la culture numérique auprès de différentes strates de la société, mais également :

  • des personnalités du numérique engagées auprès de partis libéraux voire libertariens,
  • ou au contraire, des instances demandant plus de prise de position des états et du politique dans le secteur numérique.