Contexte de la controverse

Procédons à un petit retour vers le futur … Oh, pas très loin : arrêtons nous à l’année 2012-2013.

Cette année là, un informaticien du nom de Snowden, un petit « geek » bien comme il faut, fait parler de lui en révélant des secrets bien gardés. Une prise de conscience mondiale s’en suit. Les Etats s’insurgent, que se soit pour ou contre notre informaticien en cavale, et les internautes comprennent que les tenants et les aboutissants de l’internet ne s’arrêtent pas à une série de tuyaux et de chiffres. Les puissants demandent une gouvernance mondiale de l’internet, les petits manifestent dans les rues.

Cette même année, George Lucas, le papa de Luke Skywalker et d’Indiana Jones revend sa fabrique à rêve de geek, Lucas Film, à une fabrique de rêves pleine de souris : Disney. Inquiétude chez les fans : va-t-on (encore) dénaturer ces oeuvres populaires qu’ils aiment tant à grand coup de merchandising ? Des appels pour sauver ce patrimoine sont lancés.

En France, on parle Fab Lab et EPN, enseignement du code aux plus jeunes, et impression 3D pour les mémés. Bidouiller des cartes à puces, ça sauverait l’économie, ça favoriserait l’égalité des chances et la solidarité, et ça ferait de tout le monde un créateur, un innovateur. Des initiatives privées sont lancées aussi : Xavier Niel crée 42, une école hors circuit. Le but, c’est innover et être compétitif, m’voyez ?

Un dernier pour la route, Marty ? 2012, dans une résidence paradisiaque de Nouvelle-Zélande débarque une flopée de policiers d’assaut. En guise de Pablo Escobar de cette histoire, Kim Dotcom, un pirate du net, patron du site Megaupload. Son crime, héberger illégalement des oeuvres culturelles, et se faire (beaucoup) d’argent. Et c’est qu’elles sont nombreuses les fortunes du net : cette même année, Bill Gates est le deuxième homme le plus riche du monde, avec 50 Milliards de dollars, et Facebook se lance en bourse …

Une bien belle histoire n’est-ce pas, mais tout ça pour dire quoi ?

En quelques années, le rapport du commun des mortels à l’informatique, au numérique, et à la « contre-culture » geek a été complètement bouleversé, et a touché tous les secteurs de la société, du politico-économique au socio-éducatif. Pourtant, les figures archétypiques et les produits culturels des « geeks » gardent une place à part, certains se revendiquant de cette espèce, d’autres prenant ce qualificatif comme une insulte …

Aussi, à l’heure où les mots « culture » et « numérique » sont de plus en plus souvent accolés, nous avons cherché à savoir ce que cela signifiait pour la société :

La culture numérique, est-ce (encore) un truc de geek ?

Dans le Prezi ci-dessous, vous retrouverez l’intégralité des ressources lues et qui participent à (au moins) une controverse touchant à la culture numérique et sa diffusion à l’ensemble de la société. Ces ressources ont été classées par thème, pour faire émerger toutes les nuances et diversités de points de vue dans ce vaste champ qu’est la question de la culture numérique.

Pour chaque thème, la controverse en couleur est celle qui est la plus active aujourd’hui ou celle dont découle les autres controverses listées. Bref, celle à garder s’il ne devait en rester qu’une. De plus, l’importance relative des thèmes de controverses, leur « poids médiatique » est symbolisé par l’espace qu’elles occupent dans le Prezi. Nous avons toutefois fait le choix de traiter toutes les controverses car nous nous sommes aperçues que les champs actifs aujourd’hui (Éducation et Politique) s’appuient ou se réfèrent à des débats plus anciens (relatifs à la technique ou à l’économie par exemple).